Étiquettes

, , , , ,

Une phrase donnée par Mlle Cup of Tea, merci à elle !

Elle était un peu directive, mais c’était amusant. Enjoy 🙂


02h37. Le smartphone à la pomme bipa 2 fois :

Je l’ai tué… Il a eu une crise cardiaque et j’ai éloigné le téléphone de lui avant qu’il ne puisse appeler des secours

Francesca relut le message trois fois. Pourquoi avait-il fallu que Kelly écrive ça en toutes lettres ? Francesca s’assit sur le lit. Son premier réflexe avait été de taper une réponse, mais il était risqué de laisser encore plus de traces que ce message plein de culpabilité. Elle préféra appeler Kelly.
Il n’y eut même pas de sonneries. L’autre jeune femme décrocha immédiatement.
« Allo ?
Sa voix était chevrotante, indiquant qu’elle avait pleuré.
– Kelly, où est-ce que tu te trouves, maintenant ?
– Je suis toujours à l’hôtel avec lui. Je ne sais pas quoi faire.
– Tu as touché à quelque chose dans la chambre ?
– Non, rien.
– Tu es vraiment certaine de n’avoir laissé aucune empreinte à toi ?
– Oui, j’ai fait très attention à garder mes gants.
– Tu es bien arrivée avec ta perruque, comme prévu ?
– Oui, je l’ai portée toute la soirée.
– Très bien. Je te récupère au pied de l’hôtel et on va fêter ça.
– D’accord. »
Francesca soupira profondément. Elle était enfin débarrassée de son coureur de mari. Après même pas cinq ans de mariage, la voilà qui était veuve.
Elle s’habilla rapidement d’un jogging appartenant à son mari pour être à l’aise dans ses mouvements puis sauta dans la Mercedes.
À cette heure, un jour de semaine, il n’y avait personne dans les rues.

Francesca avait rencontré Julien au travail. Elle était stagiaire et lui chef de bureau. Il lui avait tapé dans l’œil immédiatement avec ses larges épaules de rugbyman et son sourire enjôleur. Ils avaient rapidement entamé une relation, torride et secrète pour ne pas faire de vague avec la direction ou les collaborateurs de Francesca. Quand elle fut engagée définitivement, il fallut encore attendre quelque temps pour annoncer officiellement la relation, pour que les gens n’aillent pas dire que c’était la seule raison pour laquelle la jeune femme avait été engagée.
Pendant ce temps, Julien avait tout fait pour brouiller les pistes. Et si Francesca voyait d’un mauvais œil la façon dont il faisait mine de draguer les autres femmes du service ou de l’entreprise, elle fut complètement rassurée le soir où il l’avait demandée en mariage. Elle ne s’y était pas du tout attendue et avait répondu « oui » sur le coup de l’émotion.
Mais malgré l’officialisation de leur relation, Julien avait continué à jouer les jolis cœurs avec tout ce qui portait une jupe et passait à portée de sourire.
Jour, Kelly était apparue. Nouvelle stagiaire, grande, mince, blonde, une bouche avenante, un carriérisme à toute épreuve.
Dès qu’elle l’avait vue, Francesca l’avait prise pour une rivale parce que dès qu’il l’avait vue, Julien avait sorti son plus beau costume de charmeur.
Quand Francesca lui montrait son mécontentement quant à son attitude, Julien la rassurait en lui disant qu’il ne faisait que garder ce personnage qu’il s’était créé et que tout le monde connaissait, mais qu’il n’aimait qu’elle et qu’elle n’avait rien à craindre.
La stagiaire, à son tour, fut embauchée. Au plus grand déplaisir de Francesca. Pourtant, Julien lui promettait qu’il n’avait rien à voir là-dedans, qu’il avait même poussé pour que cette Kelly ne soit pas prise, parce qu’en vrai, il avait peur qu’elle lui bouffe sa place.
Effectivement, Kelly montait rapidement les échelons de la boîte, au point qu’elle se retrouva l’adjointe de Julien. Francesca ne décolérait pas. Comment Julien pouvait-il laisser la direction faire cela ?
Ses soupçons étaient déjà présents, mais quand les deux furent envoyés à plusieurs reprises en séminaires à l’autre bout du pays, parfois même à l’étranger, Francesca n’y tint plus. Elle menaça Julien de demander le divorce. Il ne comprenait pas ce qu’elle lui reprochait, jurait aux grands dieux qu’il était obligé de le faire pour la boîte et qu’il n’y avait rien de plus qu’une relation professionnelle entre Kelly et lui. Pour essayer de la rassurer, il lui envoyait des photos durant ses voyages, l’appelait régulièrement, ce qui avait tendance à rassurer Francesca, mais qui n’arrivait pas à effacer ce fond de méfiance qu’elle ressentait. Comment ne pas être jalouse de Kelly qui était une gravure de mode en plus d’être super compétente dans son boulot ?

Quand Francesca arriva au pied de l’hôtel, Kelly l’attendait déjà sur le trottoir opposé, sous l’allée d’arbres qui surplombait les quais. Francesca descendit pour faire la bise à son ancienne rivale. Kelly affichait un sourire de façade. Il cachait mal l’état de la jeune femme. Francesca voyait bien qu’elle était fébrile.
« Comment ça s’est passé ? demanda-t-elle en passant une main amicale et rassurante sur les cheveux puis l’épaule de Kelly.
– Nous nous sommes retrouvés comme prévu à 19 heures. Il m’a emmené dîner. Comme souvent, il a répondu à un appel et s’est éloigné pour discuter. C’est là que j’ai mis les médicaments dans son verre. Il a tout bu sans se rendre compte de rien. Ensuite, nous sommes allés au ciné et nous sommes arrivés ici. Je commençais à me demander si la dose était suffisamment forte, mais dès que nous sommes entrés, il s’est posé sur le canapé, l’air plus fatigué que d’habitude. Il a sorti son téléphone sans savoir pourquoi, il avait l’air un peu perdu. Je lui ai pris le téléphone des mains pour le poser sur la table basse en lui faisant croire qu’on allait… enfin, tu vois quoi. Et là, il a mis sa main à la poitrine en grimaçant. J’ai compris qu’il était temps, mais il bougeait encore. Il a essayé d’attraper son portable pour appeler à l’aide, je pense, mais je l’ai repoussé de quelques centimètres… Si tu avais vu le regard de surprise et de désespoir qu’il m’a lancé. »
Kelly fut prise d’un frisson en revoyant la scène passer devant ses yeux.
« J’aurais bien aimé voir ça, répondit Francesca.
– Il n’était pas beau à voir. Je crois qu’il a vraiment eu mal.
Francesca eut un rire sec.
– Bien fait pour lui. C’est le prix pour nous avoir menées en bateau, toi et moi.
– Peut-être… répondit Kelly, les yeux dans le vague.
Elle avait l’air de regretter un peu son geste, mais ce qui était fait était fait.
– C’est quoi ces fringues moches ? demanda Kelly devant l’accoutrement de Francesca, pourtant habillée habituellement avec goût.
– Je me suis endormie et quand j’ai vu ton message, j’ai enfilé le premier truc venu. Manque de bol, c’était un jogging de Julien, mais comme je ne voulais pas te faire attendre toute seule trop longtemps… Tu veux la conduire ? Changea de sujet Francesca en agitant les clefs de la Mercedes. C’était la sienne et je pense que je vais la vendre quand tous les papiers seront réglés, alors si tu veux tester et te faire plaisir, c’est maintenant ou jamais.
Cette proposition tira Kelly de ses remords.
– Pourquoi pas ? »

Toujours méfiante malgré les nombreuses preuves de probités que Julien lui donnait, Francesca continuait de se méfiait. À chaque voyage, à chaque nuit qu’il ne dormait pas à la maison, elle cherchait une preuve de la culpabilité de son mari, mais sans en trouver aucune. Il arrivait à maquiller tous ses déplacements et toutes ses factures pour que ses escapades restent secrètes. Et ce ne fut que grâce à une amie qu’elle eut la certitude que son mari la trompait avec Kelly. L’amie les avait vus enlacés dans la rue, en train de s’embrasser. Elle avait immédiatement appelé Francesca pour lui dire. Et l’épouse trahie, loin d’avoir explosé face à son mari, était directement allée voir sa maîtresse pour mettre les choses au clair.
Francesca avait attendu Kelly un soir, à la fin du service, feignant de vouloir discuter avec elle d’un dossier important. Quand elle fut dans le bureau de cette femme, Francesca resta calme et froide.
« Depuis combien de temps tu te tapes mon mari ?
– Qu’est-ce que ça peut bien te faire ? demanda Kelly, sincère. Tu as demandé le divorce alors c’est quoi le problème ? »
Francesca bloqua un instant en entendant cette réponse.
« C’est Julien qui t’a raconté ça ? Il t’a dit que j’avais demandé le divorce ? Quel salaud !!
– Quoi ? Il a menti ?Il m’a dit que tu avais demandé le divorce, mais que c’était un peu compliqué à gérer pour l’instant, à cause du contrat de mariage, que ça prendrait du temps, mais qu’une fois que ce serait réglé, on pourrait vivre tranquillement notre amour.
Francesca se mit à rire.
– Il t’a baisé autant que moi, j’ai l’impression. Il n’a jamais eu l’intention de divorcer. Il ne m’en a jamais parlé en tout cas et moi, jusqu’à maintenant, je n’en avais pas l’intention. Mais dis-toi bien que je vais me battre pour qu’il crache au bassinet tant qu’il pourra et que je ne lui laisserai que des miettes. Tu te retrouveras avec un type fauché et obligé de payer jusqu’à la fin de sa vie pour moi.
Kelly réfléchit un instant.
– Non, mais je m’en fous, en fait. Comme tu l’as dit, je me suis fait baiser aussi. Peut-être même plus que toi, parce que moi, j’ai cru à ses promesses, mais j’ai juste perdu mon temps… »

 

La Mercedes filait le long des quais. Kelly goûtait la vitesse. Elle avait besoin d’un nouveau shoot d’adrénaline pour faire passer celui reçu face à la mort de Julien. Elle se sentait mieux. Elle se sentait libérée d’un poids. Kelly ne regrettait pas d’avoir rencontré Francesca, même si ça avait été dans ces circonstances étranges. Elles étaient rapidement devenues amies, compagnes dans l’infortune. Julien ne se rendait compte de rien, trop sûr de lui et de ses stratagèmes pour cacher à l’une et à l’autre son jeu.

 

« Tiens ! Arrête-toi là, dit soudain Francesca en indiquant une descente sur les quais. On va boire un coup pour fêter ça !
– Boire un coup ? s’étonna Kelly.
– J’ai une bouteille de vin dans le coffre. Elle doit être un peu chaude, mais… »
Kelly sourit et dirigea la voiture vers le chemin indiqué. Une fois le moteur coupé, la ville retrouva son calme nocturne. Francesca et Kelly sortirent de la voiture, les portes claquèrent comme des coups de feu dans la nuit.
« On va se poser sur le banc là-bas ? » demanda Francesca qui ouvrait le coffre.
Kelly ne répondit que par un hochement de tête.

 

Francesca était bien décidée à demander le divorce et à faire payer Julien tout ce qu’il était possible, mais il avait dû prévoir le coup. L’avocat à qui elle fit examiner son contrat de mariage lui confirma qu’il serait difficile de gagner quelque chose. Francesca n’avait pas vraiment fait attention à ce point quand elle s’était mariée. Elle se rendit compte, ressassant ses souvenirs, que la demande en mariage n’avait pas vraiment émané de lui. Surpris presque sur le fait par Francesca, Julien avait essayé de trouver un bobard qui tiendrait la route. D’après lui, il lui préparait une surprise. Et c’était Francesca qui avait demandé fébrilement si c’était une demande en mariage ou quelque chose comme ça. Julien, acculé et sans autre idée, avait dû répondre par l’affirmative. L’annonce avait rapidement circulé dans toute la boîte et il n’avait pas pu faire marche arrière. Julien avait quand même réussi à sauvegarder son patrimoine en faisant signer à la jeune femme ce contrat qu’elle ne lut pas. Elle était tellement amoureuse qu’elle aurait été prête à vendre son âme au diable sans regarder si Julien le lui avait demandé. C’était en découvrant ces détails qu’elle avait décidé que devenir veuve serait le seul moyen de réparer, suffisamment à son goût, le préjudice et pour faire payer ce salaud. Ce ne serait pas très compliqué. Julien avait des gros problèmes de tensions : beaucoup de stress dans son boulot, des gros repas avec ses clients, une base familiale propice… Tout y était. Il n’y avait qu’à surdoser un peu les médicaments et le tour serait joué.

 

Assises sur un banc, à regarder les flots sombres qui se détachaient dans les reflets des lumières de la ville, Francesca et Kelly discutaient. La bouteille de vin n’était pas encore ouverte, mais les deux femmes riaient en se rappelant comment ce salaud de Julien les avait prises pour des connes et comment à trop en vouloir, il les avait perdues, elles et tout le reste.

 

Alors que Francesca avait détesté Kelly dès la première seconde, celle-ci s’était immédiatement sentie fautive et responsable de la situation tout en montrant sa bonne foi. Elle pensait sincèrement qu’entre Francesca et Julien, tout était fini. Dès qu’elle avait appris la vérité, elle avait arrêté de répondre aux messages du mari coureur, avait tout fait pour l’esquiver ou ne pas se retrouver seule dans la même pièce, mais ce jeu n’avait pas pu durer très longtemps. Julien se faisait plus pressant et Kelly n’arrivait pas à lui parler de Francesca et de cette vérité qu’elle connaissait à présent.
Et c’est vers Francesca qu’elle se tourna pour parler de tout ceci. La femme trompée reçut d’abord les états d’âme de la maîtresse avec circonspection sinon avec suspicion, mais elle comprit vite que Kelly devenait une allier pour ses projets.
Elle serait même le vecteur de sa vengeance et ensemble, elles seraient l’alibi l’une de l’autre.

 

Le « pop » du bouchon extrait du goulot par Francesca résonna contre le mur derrière les deux femmes, contre les flots, contre les piles du pont non loin, puis s’évanouit dans la nuit.
Francesca tendit la bouteille à Kelly.
« Je n’ai pas de verre, par contre, alors je te laisse l’honneur ! »
Kelly la remercia et but directement au goulot, une bonne rasade. Elle fêtait autant de pouvoir être grisée par les effets de l’alcool que de s’être débarrassée de celui qui s’était bien foutu d’elle. Elle rendit la bouteille à Francesca qui la porta à ses lèvres mais se ravisa.
« Tu sais, Kelly, eu début, j’ai vraiment cru que tu te fichais de moi. Je t’en ai vraiment voulu. En plus, tu es montée super rapidement dans la boîte alors que moi, même mariée à ce connard, je galère à faire reconnaître mon boulot et mon talent…
– Pourtant tu es mériterait amplement sa place, répondit Kelly pour rassurer son amie.
– Maintenant qu’il est mort, je me demande si je vais rester dans la boîte ou changer.
– Tu veux partir ? Tu as des opportunités ? Ça serait génial pour toi. »
Francesca allait boire une gorgée, mais elle se stoppa pour regarder Kelly dans les yeux, cherchant à savoir si elle était sincère ou non.
« Je ne sais pas encore, en fait. Mais maintenant qu’il y a une place qui vient de se libérer, je pense que les choses vont déjà bouger en interne…
Francesca de son index retroussa son gant pour laisser apparaître sa montre.
– Sans compter, reprit-elle, qu’en fait, il y a deux places qui se libèrent. »
Le regard de Kelly courut plusieurs fois de la montre aux yeux froncés de Francesca. Elle cherchait à comprendre. Le silence tomba. Posant ses yeux sur la bouteille, Kelly se rendit compte que la toute récente veuve n’avait pas encore bu et avait gardé ses gants, comme elle lui avait dit de faire, pour éviter de laisser des empreintes digitales, alors qu’elle portait un jogging trop grand appartenant à Julien, sûrement pour éviter de laisser des fibres compromettantes de ses propres vêtements .
« Les gens comprendront que tu n’acceptais pas de partager mon mari qui ne voulait pas divorcer et que, folle de rage et d’amour, tu l’as tué avant de te rendre compte de ton geste et de venir ici avec sa bagnole pour t’empoisonner à ton tour. »
Kelly bondit sur Francesca qui l’esquiva avec facilité. Restée immobile, Kelly ne s’était rendue compte de rien, mais à présent qu’elle bougeait, elle sentait ses mouvements ralentis, engourdis, imprécis. Sa tête était lourde.
Francesca souriait. Elle tira d’une des poches de son jogging une enveloppe.
« Tu expliques tout dans cette lettre d’adieu… Moi, je serai la veuve éplorée qui n’a rien vu venir et qui récupèrera tout. En jouant bien et en inspirant de la pitié dans la boîte, je devrais même réussir à monter en grade. »
Kelly essaya d’articuler une insulte, mais sa bouche pâteuse ne répondait plus. Ses jambes suivirent et elle s’écrasa par terre, terrassée par ce que Francesca avait mis dans le vin. Celle-ci s’agenouilla pour ouvrir le sac à main de Kelly. Elle en tira son portable, le déverrouilla avec le doigt inerte de la jeune femme consciente mais incapable de bouger, puis effaça toute la conversation SMS qu’elles avaient pu entretenir et même sa fiche de contact. Elle rangea le téléphone dans le sac à main et enfouit en même temps la fausse lettre d’aveux et les clefs de la Mercedes. Francesca déposa ensuite la bouteille sur le banc et la poussa délicatement pour la faire tomber faisant croire qu’elle avait été emportée dans la chute de la maîtresse éplorée.

La veuve, débarrassée de sa rivale, quitta les quais le cœur léger et l’avenir radieux, sans même un regard à sa deuxième victime. Elle remonta sur la rue, marcha une centaine de mètres et retrouva sa petite Micra qu’elle avait laissée là l’après-midi même pour pouvoir rentrer chez elle sans être vue dans les transports en commun, de toute façon trop rares à cette heure. Elle n’aurait plus qu’à se débarrasser du jogging pour effacer toutes traces pouvant remonter à elle.


Par ici pour le texte de Miki.


Vous aimez ce que j’écris, soutenez-moi par
Soutenez-moi par Tipeee.com

Publicités